Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me connaître

Maire de Saint Gratien de 1983 à 2001, Conseiller général du Val d'Oise de 1985 à 2015, Département dont j’ai été le Président de 1997 à 2008, je suis Député depuis 2002.

Parallèlement à mes activités politiques, j'ai mené une carrière dans l'administration fiscale, d'abord en tant qu'inspecteur des impôts à Amiens, ma ville natale, puis comme chargé de mission au Ministère des finances et à la Direction du tourisme, avant de devenir Inspecteur principal des services fiscaux et Directeur départemental adjoint à Paris. En 1986, je rejoins le cabinet d'Yves Galland, alors Ministre délégué aux collectivités locales.

À l'Assemblée nationale, je suis Membre de la commission des affaires étrangères et de la délégation aux Outre-mer. Je suis également Vice-président du groupe d'études construction, éco-construction et logement et rapporteur spécial au nom de la Commission des finances pour les crédits budgétaires du Logement. Co-président du Groupe d’études sur la Construction et le logement, je suis membre de la Mission d'information commune sur l'évaluation des dispositifs fiscaux d'encouragement à l'investissement locatif et membre titulaire du Conseil d'administration de l'Agence nationale de l'habitat (Anah).

Me rencontrer

À ma permanence de circonscription :

6, rue du Général Leclerc à Saint-Gratien

Le lundi : de 18h à 20h30

Le vendredi : de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Et sur rendez-vous : 01 39 64 37 85 ou fscellier@assemblee-nationale.fr

M'écrire

Permanence de François Scellier
6, rue du Général-Leclerc
BP 40049
95211 Saint-Gratien cedex

fscellier@assemblee-nationale.fr

Mes Articles Récents

16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 23:00

Logo Républicain Lorrain

François Scellier, fiscaliste et député UMP du Val d’Oise, tente actuellement de convaincre le gouvernement de proroger les dispositions de la loi de défiscalisation qui porte son nom. « Je ne suis que l’auteur d‘un amendement, adopté en janvier contre l’avis du gouvernement », précise l’élu, présent hier à Metz à l’invitation du Crédit Mutuel.

Il parcourt ainsi la France pour rappeler les bienfaits de son texte visant à soutenir l’investissement locatif privé, en consentant, sous conditions, une réduction d’impôts. Initialement, elle était de 25 % du montant de l’investissement. Elle est aujourd’hui de 22 % depuis l’ouverture de la chasse aux niches fiscales. De plus, la loi sur le Grenelle a indexé le montant de l’abattement au taux de consommation énergétique. « Les effets n’ont pas été favorables, reconnaît François Scellier, les dispositions sont devenues plus compliquées et les promoteurs ont relevé l’absence de sécurité fiscale ». N’empêche, l’élu radical valoisien, qui ne suit pas Jean-Louis Borloo dans sa rupture avec l’UMP, croit encore aux vertus de la loi pour encourager le secteur privé à investir dans le logement locatif dont, assure-t-il « la rentabilité n’est pas évidente ». « Il ne faut pas augmenter le prix des loyers, poursuit-il, mais diminuer le prix de la construction ». Sa proposition pour que le texte survive au 31 décembre 2012, date butoir, est de proposer un abattement de 15 % qui reste « intéressant pour les promoteurs et ne coûte rien aux caisses de l’Etat ». Il assure que Christine Lagarde y est favorable mais que François Fillon reste sceptique.

Partager cet article

Repost 0
François SCELLIER - dans Loi Scellier
commenter cet article

commentaires