Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me connaître

Maire de Saint Gratien de 1983 à 2001, Conseiller général du Val d'Oise de 1985 à 2015, Département dont j’ai été le Président de 1997 à 2008, je suis Député depuis 2002.

Parallèlement à mes activités politiques, j'ai mené une carrière dans l'administration fiscale, d'abord en tant qu'inspecteur des impôts à Amiens, ma ville natale, puis comme chargé de mission au Ministère des finances et à la Direction du tourisme, avant de devenir Inspecteur principal des services fiscaux et Directeur départemental adjoint à Paris. En 1986, je rejoins le cabinet d'Yves Galland, alors Ministre délégué aux collectivités locales.

À l'Assemblée nationale, je suis Membre de la commission des affaires étrangères et de la délégation aux Outre-mer. Je suis également Vice-président du groupe d'études construction, éco-construction et logement et rapporteur spécial au nom de la Commission des finances pour les crédits budgétaires du Logement. Co-président du Groupe d’études sur la Construction et le logement, je suis membre de la Mission d'information commune sur l'évaluation des dispositifs fiscaux d'encouragement à l'investissement locatif et membre titulaire du Conseil d'administration de l'Agence nationale de l'habitat (Anah).

Me rencontrer

À ma permanence de circonscription :

6, rue du Général Leclerc à Saint-Gratien

Le lundi : de 18h à 20h30

Le vendredi : de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Et sur rendez-vous : 01 39 64 37 85 ou fscellier@assemblee-nationale.fr

M'écrire

Permanence de François Scellier
6, rue du Général-Leclerc
BP 40049
95211 Saint-Gratien cedex

fscellier@assemblee-nationale.fr

Mes Articles Récents

16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 23:00

Cela fait six mois que notre majorité a repris en main le Conseil général. L'heure est venue de faire un premier bilan de cette période marquée par une activité intense.

 

En matière de finances départementales, nous savions que nous allions trouver une situation délicate, avec une dette qui avait notamment explosé de 62 % en trois ans. Nous ignorions cependant que nous découvririons un volume aussi impressionnant d'impasses budgétaires.

L'audit réalisé par le cabinet indépendant Mazars nous a permis de mettre en lumière les perspectives budgétaires du Département et de prendre les mesures indispensables. Un plan d'économies de 40 millions d'euros est d'ores et déjà sur pieds.

 

Redresser les finances était un préalable indispensable pour permettre au Conseil général d'assumer les missions d'intérêt général qui lui incombent.

 

Responsables de l'entretien des routes départementales, nous avons dû intervenir en soutien des communes par l'intermédiaire d'un plan routes exceptionnel pour réparer les dégâts de l'hiver dernier et ainsi garantir la sécurité du réseau.

En matière de transports toujours, la majorité UVO du Conseil général a décidé de pallier au désengagement financier important de la Région de certaines lignes de bus scolaires afin qu'elles puissent rester accessibles à toutes les familles.

 

La jeunesse a été au centre des préoccupations de notre institution. Le dispositif Entrée dans la Vie Active (EVA) a été lancé dès juillet. Il va permettre à des jeunes porteurs d'un projet professionnel de le mener à terme. Pour cela, le Conseil général a prévu de les aider à financer leur formation, mais aussi leur permis de conduire ou leur logement dès lors que ceux-ci conditionnent leur projet.

 

A destination des collégiens, le Département, tout en renforçant Resto'collège, s'est également engagé dans un plan de modernisation des cantines afin de permettre une amélioration qualitative des repas servis aux enfants.

Dans les collèges également, le Conseil général vient d'initier la seconde vague de déploiement du collège numérique. D'ici l'an prochain, 24 établissements supplémentaires vont pouvoir bénéficier de ces équipements innovants.

 

Faire de nouveau du Conseil général l'interlocuteur privilégié des communes pour leurs investissements figurait parmi nos plus grandes priorités. Malgré la très grande difficulté à concilier un plan d'économies indispensable avec les attentes des communes nous avons donc remis sur pieds sans tarder un guide des aides. Celui-ci présente les priorités du département.

 

Après le vote d'une première partie de ce guide en juillet, nous venons de le compléter, en septembre avec, notamment, un volet environnemental. Un domaine où la gauche n'avait pas mobilisé 1 € en 3 ans dans le cadre de la "contractualisation". Il s'agit pourtant d'investissements essentiels pour garantir par exemple une eau potable de qualité satisfaisante.

 

L'Aide aux Routes Communales et Communautaires (ARCC) figure en bonne place dans le guide des aides, à côté des équipements sportifs, scolaires, sociaux ou des dispositifs de vidéo-protection.

 

Enfin le Conseil général s'est employé sans relâche au cours de ces derniers mois à renouer des liens privilégiés avec les partenaires au quotidien du Département.

Dans cet esprit, les acteurs sociaux de proximité que sont les Centres Communaux d'Action Sociale (CCAS) ont été réunis afin d'être mieux associés à notre recherche d'efficacité dans l'action sociale au service des Valdoisiens.

 

Nous avons aussi eu à cœur de renouer sans attendre des contacts de travail avec les acteurs du transport public ou encore d'inscrire enfin pleinement le Val d'Oise dans le projet d'avenir du Grand Paris.

 

Ainsi, les six premiers mois de cette mandature nous ont permis de poser les bases solides d'une politique qui doit faire du Conseil général une collectivité plus que jamais tournée vers les Valdoisiens.

Partager cet article

Repost 0

commentaires