Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me connaître

Maire de Saint Gratien de 1983 à 2001, Conseiller général du Val d'Oise de 1985 à 2015, Département dont j’ai été le Président de 1997 à 2008, je suis Député depuis 2002.

Parallèlement à mes activités politiques, j'ai mené une carrière dans l'administration fiscale, d'abord en tant qu'inspecteur des impôts à Amiens, ma ville natale, puis comme chargé de mission au Ministère des finances et à la Direction du tourisme, avant de devenir Inspecteur principal des services fiscaux et Directeur départemental adjoint à Paris. En 1986, je rejoins le cabinet d'Yves Galland, alors Ministre délégué aux collectivités locales.

À l'Assemblée nationale, je suis Membre de la commission des affaires étrangères et de la délégation aux Outre-mer. Je suis également Vice-président du groupe d'études construction, éco-construction et logement et rapporteur spécial au nom de la Commission des finances pour les crédits budgétaires du Logement. Co-président du Groupe d’études sur la Construction et le logement, je suis membre de la Mission d'information commune sur l'évaluation des dispositifs fiscaux d'encouragement à l'investissement locatif et membre titulaire du Conseil d'administration de l'Agence nationale de l'habitat (Anah).

Me rencontrer

À ma permanence de circonscription :

6, rue du Général Leclerc à Saint-Gratien

Le lundi : de 18h à 20h30

Le vendredi : de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Et sur rendez-vous : 01 39 64 37 85 ou fscellier@assemblee-nationale.fr

M'écrire

Permanence de François Scellier
6, rue du Général-Leclerc
BP 40049
95211 Saint-Gratien cedex

fscellier@assemblee-nationale.fr

Mes Articles Récents

26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 23:00

Voici que la « majorité », arrivée aux affaires dans les conditions douteuses que l’on sait, se propose d’anticiper la réforme des collectivités territoriales qu’elle dénonce par ailleurs à tout bout de champ en abandonnant par avance certaines de ses compétences !

 

L’assemblée du Département, réunie en séance plénière ce vendredi 24 septembre, a en effet acté, malgré l’opposition des élus de l’UVO, une coupe de 40% dans le budget du SAMU du Val d’Oise, et programmé un désengagement financier total dès l’année prochaine.

 

Alors que le Conseil général, sous l’impulsion de l’ancienne majorité UVO, finançait le SAMU depuis 1981, voici que la gauche départementale a décidé de se délester délibérément d’une compétence indispensable à la sécurité sanitaire des Valdoisiens.

 

L’UVO condamne fermement cet énième recul, qui caractérise, pour le malheur des Valdoisiens, la politique de la « majorité » socialo-communiste, toute entière tournée vers les artifices de communication, et dont les élus de l’UVO ne peuvent que constater les effets tous les jours plus délétères pour notre Département.

 

En outre, il est à déplorer l’inélégance, pour ne pas dire plus, de cette décision unilatérale. Le budget du SAMU 95 intégrait pour son équilibre cette subvention par ailleurs accordée par le Conseil général au moment du vote du budget primitif pour 2010. La coupe opérée vendredi, sans concertation aucune avec le SAMU d’une part et les Conseillers généraux d’autre part, est d’autant plus malvenue qu’elle apparaît pour ce qu’elle est, brutale.

 

L’UVO a tenté d’infléchir la position de la « majorité » socialo-communiste. Elle a notamment demandé à Didier Arnal de reporter sa décision, pour permettre aux acteurs du dossier de se concerter véritablement. Mais le Président du Conseil général a opposé à cette demande de bon sens une dédaigneuse fin de non-recevoir, regrettable habitude chez lui.

 

L’UVO ne se résoudra jamais au désengagement irresponsable que met en œuvre la « majorité » depuis mars 2008. Elle appelle celle-ci à se ressaisir, et à concentrer ses efforts pour promouvoir un projet de développement pour le Val d’Oise, et non un projet de déclassement.

 

Lire ici l’article que le Parisien consacre à cette affaire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires