Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me connaître

Maire de Saint Gratien de 1983 à 2001, Conseiller général du Val d'Oise de 1985 à 2015, Département dont j’ai été le Président de 1997 à 2008, je suis Député depuis 2002.

Parallèlement à mes activités politiques, j'ai mené une carrière dans l'administration fiscale, d'abord en tant qu'inspecteur des impôts à Amiens, ma ville natale, puis comme chargé de mission au Ministère des finances et à la Direction du tourisme, avant de devenir Inspecteur principal des services fiscaux et Directeur départemental adjoint à Paris. En 1986, je rejoins le cabinet d'Yves Galland, alors Ministre délégué aux collectivités locales.

À l'Assemblée nationale, je suis Membre de la commission des affaires étrangères et de la délégation aux Outre-mer. Je suis également Vice-président du groupe d'études construction, éco-construction et logement et rapporteur spécial au nom de la Commission des finances pour les crédits budgétaires du Logement. Co-président du Groupe d’études sur la Construction et le logement, je suis membre de la Mission d'information commune sur l'évaluation des dispositifs fiscaux d'encouragement à l'investissement locatif et membre titulaire du Conseil d'administration de l'Agence nationale de l'habitat (Anah).

Me rencontrer

À ma permanence de circonscription :

6, rue du Général Leclerc à Saint-Gratien

Le lundi : de 18h à 20h30

Le vendredi : de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Et sur rendez-vous : 01 39 64 37 85 ou fscellier@assemblee-nationale.fr

M'écrire

Permanence de François Scellier
6, rue du Général-Leclerc
BP 40049
95211 Saint-Gratien cedex

fscellier@assemblee-nationale.fr

Mes Articles Récents

25 août 2005 4 25 /08 /août /2005 23:00

C’est avec effroi que nous avons appris ce matin la mort de 17 personnes dont de nombreux enfants dans l’incendie d’un immeuble à Paris.


Ce drame vient une nouvelle fois illustrer la crise du logement et les conditions de vie de plus en plus précaires dans lesquelles un trop grand nombre de nos concitoyens se trouve contraint de vivre au quotidien notamment en région parisienne.  


Les conséquences de ce drame nous invitent à réfléchir et donnent à ce fait divers tragique une ampleur nationale et sociale. Inflation des loyers, accès au parc locatif privé impossible pour les revenus modestes et principalement les jeunes qui peuvent encore moins devenir propriétaires du fait du coût élevé du mètre carré, manque de logements, notamment sociaux, défaut d’entretien d’un certain nombre d’immeubles…sont autant de facteurs constatés qui méritent d’être traités et auxquels il convient de trouver des solutions concrètes sans plus tarder en adoptant des mesures d’urgences.


Ainsi, la question du logement ne concerne plus seulement nos concitoyens les plus en difficulté mais aussi ceux locataires notamment qui souhaiteraient pouvoir accéder à la propriété dans un contexte où les loyers augmentent sans cesse et où les taux d’emprunts restent bas.


Il est devenu nécessaire aujourd’hui de mettre en œuvre un plan ambitieux pour le logement de tous dans des conditions décentes.

Les aides à la personne pour les plus en difficultés sont nécessaires mais ne sont pas suffisantes, il faut investir tous les créneaux envisageables :

- accélérer la libération du foncier constructible détenu par les grandes entreprises notamment publiques (SNCF, EDF, France Télécom, assurances, banques, acteurs institutionnels divers…) mais aussi par les propriétaires privés qui le gèlent  parfois pour bénéficier de plus-values importantes,

 

- poursuivre l’incitation à la vente des logements locatifs sociaux à leurs occupants à chaque fois que cela est possible, pour libérer des moyens d’investir dans la construction de nouveaux logements ou l’entretien lourd du patrimoine immobilier,

- ne plus tolérer la location d’immeubles dans des conditions d’insécurité insuffisantes pas seulement au niveau de l’hygiène mais aussi de la sécurité incendie et pour cela établir « un plan ORSEC » logement.


Ce ne sont là que quelques mesures qui pourraient être opérationnelles sans délais… mais il y en a beaucoup d’autres dont certaines ont été particulièrement efficaces dans d’autres pays européens et qui pourraient nous inspirer.


Ce ne sont pas les idées qui manquent, ni même souvent les moyens financiers pour les mettre en œuvre, mais parfois hélas une volonté politique forte et permanente.


Sans un logement décent pour une famille toutes les autres mesures prises pour réussir son insertion sociale seraient vaines.

Partager cet article

Repost 0
François SCELLIER - dans Archives
commenter cet article

commentaires