Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me connaître

Maire de Saint Gratien de 1983 à 2001, Conseiller général du Val d'Oise de 1985 à 2015, Département dont j’ai été le Président de 1997 à 2008, je suis Député depuis 2002.

Parallèlement à mes activités politiques, j'ai mené une carrière dans l'administration fiscale, d'abord en tant qu'inspecteur des impôts à Amiens, ma ville natale, puis comme chargé de mission au Ministère des finances et à la Direction du tourisme, avant de devenir Inspecteur principal des services fiscaux et Directeur départemental adjoint à Paris. En 1986, je rejoins le cabinet d'Yves Galland, alors Ministre délégué aux collectivités locales.

À l'Assemblée nationale, je suis Membre de la commission des affaires étrangères et de la délégation aux Outre-mer. Je suis également Vice-président du groupe d'études construction, éco-construction et logement et rapporteur spécial au nom de la Commission des finances pour les crédits budgétaires du Logement. Co-président du Groupe d’études sur la Construction et le logement, je suis membre de la Mission d'information commune sur l'évaluation des dispositifs fiscaux d'encouragement à l'investissement locatif et membre titulaire du Conseil d'administration de l'Agence nationale de l'habitat (Anah).

Me rencontrer

À ma permanence de circonscription :

6, rue du Général Leclerc à Saint-Gratien

Le lundi : de 18h à 20h30

Le vendredi : de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Et sur rendez-vous : 01 39 64 37 85 ou fscellier@assemblee-nationale.fr

M'écrire

Permanence de François Scellier
6, rue du Général-Leclerc
BP 40049
95211 Saint-Gratien cedex

fscellier@assemblee-nationale.fr

Mes Articles Récents

5 décembre 2006 2 05 /12 /décembre /2006 18:21

Comme je l’avais écrit dans mon blog du 27 octobre dernier cf L’avenir dure longtemps, c’est avec satisfaction que j’ai accueilli le projet de loi sur la féminisation de la vie politique portant notamment sur l'instauration de suppléances pour les Conseillers généraux et reprenant ainsi l’une de mes propositions de loi de 2002.


Je souhaite néanmoins que la loi soit plus exhaustive dans son énoncé et plus ambitieuse dans son application. L'objectif des suppléances doit être double. En effet, ce projet de loi, en plus de féminiser les Conseils généraux, doit éviter la tenue d’élections partielles, majoritairement provoquées par le cumul des mandats et traduites par un fort taux d’abstention, ce qui n’est pas de nature à renforcer la vie démocratique dans notre pays.


Si le projet de loi tendant à renforcer l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux répond à un engagement fort du Président de la République, en faveur de la féminisation du personnel politique, il doit s’attaquer plus franchement au taux d'abstention sans cesse croissant lors des élections locales.


Mais dans le projet de loi présenté en Conseil des ministres, le cas dans lequel le suppléant est appelé à remplacer le titulaire du siège est uniquement limité au décès. Il convient d'aller plus loin dans le projet tel qu'il est aujourd'hui présenté. Pour cela, je vais proposer, lors des débats parlementaires à venir, de compléter l'initiative du Gouvernement par un amendement élargissant le champ d'action de la suppléance à l’exercice du droit d’option (démission d'un Conseiller général pour cumul de mandats), qui représente une part très importante des élections partielles.


Je reste pour autant fermement opposé aux démissions de complaisance qui seraient très néfastes pour la démocratie tant elles viendraient porter atteinte à la sincérité des élections cantonales.


L’exercice d’une démocratie moderne doit sans cesse faire l’objet de réflexion et d’adaptation pour répondre aux vœux des citoyens. Il s’agit là d’un mode de gouvernance les plus proche de nos besoins : sachons le préserver !

Partager cet article

Repost 0
François SCELLIER - dans Archives
commenter cet article

commentaires