Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me connaître

Maire de Saint Gratien de 1983 à 2001, Conseiller général du Val d'Oise de 1985 à 2015, Département dont j’ai été le Président de 1997 à 2008, je suis Député depuis 2002.

Parallèlement à mes activités politiques, j'ai mené une carrière dans l'administration fiscale, d'abord en tant qu'inspecteur des impôts à Amiens, ma ville natale, puis comme chargé de mission au Ministère des finances et à la Direction du tourisme, avant de devenir Inspecteur principal des services fiscaux et Directeur départemental adjoint à Paris. En 1986, je rejoins le cabinet d'Yves Galland, alors Ministre délégué aux collectivités locales.

À l'Assemblée nationale, je suis Membre de la commission des affaires étrangères et de la délégation aux Outre-mer. Je suis également Vice-président du groupe d'études construction, éco-construction et logement et rapporteur spécial au nom de la Commission des finances pour les crédits budgétaires du Logement. Co-président du Groupe d’études sur la Construction et le logement, je suis membre de la Mission d'information commune sur l'évaluation des dispositifs fiscaux d'encouragement à l'investissement locatif et membre titulaire du Conseil d'administration de l'Agence nationale de l'habitat (Anah).

Me rencontrer

À ma permanence de circonscription :

6, rue du Général Leclerc à Saint-Gratien

Le lundi : de 18h à 20h30

Le vendredi : de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Et sur rendez-vous : 01 39 64 37 85 ou fscellier@assemblee-nationale.fr

M'écrire

Permanence de François Scellier
6, rue du Général-Leclerc
BP 40049
95211 Saint-Gratien cedex

fscellier@assemblee-nationale.fr

Mes Articles Récents

10 novembre 2006 5 10 /11 /novembre /2006 09:38

Une Messe de requiem était dite hier à l'attention de celui que l'histoire retient déjà sous le nom de JJSS.


Je veux profiter de cet espace d'expression pour rendre hommage à un homme de grande valeur qui vient de nous quitter et qui a été pour moi un modèle et celui qui est à l'origine de mon engagement dans la vie politique.


Jean-Jacques Servan-Schreiber est décédé dans la nuit du 6 au 7 novembre dernier. Il laisse pour nous tous l'image d'un homme exceptionnel, trublion de la vie publique, iconoclaste qui fut l'un des patrons de presse les plus brillants que l'on ai connu, certes, mais surtout à mes yeux, un visionnaire et l'incarnation de la volonté de changement de toute une génération dont je fais partie.


Jusqu'à la trentaine je ne m'étais que très peu intéressé à la vie politique, et ne m'étais jamais dit que je pourrais m'investir personnellement. C'est lorsque Jean-Jacques Servan-Schreiber s'est manifesté pour dire qu'il fallait une véritable rupture avec le régime en place que j'ai décidé de rejoindre le Parti Radical et participer aux deux congrès de Wagram qui ont mené à la césure avec la gauche du Parti Radical. Tandis que Maurice Faure et Robert Fabre décidaient de faire alliance avec le Parti Communiste, fondant alors le Mouvement Radical de gauche, Jean-Jacques Servan-Schreiber prenait la tête du Parti Radical auquel j'adhère encore aujourd'hui.


Depuis je suis resté fidèle aux valeurs et aux idées défendues par Jean-Jacques Servan-Schreiber au sein du Parti Radical : les valeurs de la République bien évidemment, et en tout premier lieu celles de tolérance et de respect des autres. Le Parti Radical incarnait et incarne toujours un espace de liberté dont les membres peuvent s'emparer pour exprimer des points de vue contradictoires tout en ayant leurs places.

Membre du Parti Radical, et proche de Jean-Jacques Servan-Schreiber, j'ai naturellement suivi et défendu ses idées novatrices notamment sur la décentralisation (JJSS voulait donner aux régions plus de pouvoirs pour être au plus près du terrains et des besoins de nos concitoyens), sur la mondialisation également puisqu'il soutenait notamment l'idée brillante qu'au lieu de faire appel à l'immigration pour avoir la main d'œuvre nécessaire dans les domaines de l'aérospatial et de l'automobile, nous devions exporter notre savoir-faire dans ces pays pour favoriser leur développement…


Il a été parmi les premiers à s'opposer aux essais nucléaires atmosphériques, il a aussi été l'un des premiers défenseurs de la parité entre les hommes et les femmes, au sein de son groupe de presse, mais également en souhaitant donner aux femmes toute leur place dans l'action publique.


Les idées, les efforts qu'il a initiés en matière d'égalité hommes / femmes ne sont pas étrangers aux mesures récentes notamment au projet de loi s'inspirant d'une proposition de loi déjà ancienne que j'avais déposée sur le bureau de l'Assemblée Nationale dès juin 2002, et qui est en train d'aboutir. Il s'agit de proposer pour l'élection des conseillers généraux  l'instauration d'une suppléance de sexe opposé au titulaire. Tu vois Jean-Jacques, tes idées aboutissent, preuve que tu étais en avance sur ton temps et que les idées ne meurent pas... 

Partager cet article

Repost 0
François SCELLIER - dans Archives
commenter cet article

commentaires