Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me connaître

Maire de Saint Gratien de 1983 à 2001, Conseiller général du Val d'Oise de 1985 à 2015, Département dont j’ai été le Président de 1997 à 2008, je suis Député depuis 2002.

Parallèlement à mes activités politiques, j'ai mené une carrière dans l'administration fiscale, d'abord en tant qu'inspecteur des impôts à Amiens, ma ville natale, puis comme chargé de mission au Ministère des finances et à la Direction du tourisme, avant de devenir Inspecteur principal des services fiscaux et Directeur départemental adjoint à Paris. En 1986, je rejoins le cabinet d'Yves Galland, alors Ministre délégué aux collectivités locales.

À l'Assemblée nationale, je suis Membre de la commission des affaires étrangères et de la délégation aux Outre-mer. Je suis également Vice-président du groupe d'études construction, éco-construction et logement et rapporteur spécial au nom de la Commission des finances pour les crédits budgétaires du Logement. Co-président du Groupe d’études sur la Construction et le logement, je suis membre de la Mission d'information commune sur l'évaluation des dispositifs fiscaux d'encouragement à l'investissement locatif et membre titulaire du Conseil d'administration de l'Agence nationale de l'habitat (Anah).

Me rencontrer

À ma permanence de circonscription :

6, rue du Général Leclerc à Saint-Gratien

Le lundi : de 18h à 20h30

Le vendredi : de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Et sur rendez-vous : 01 39 64 37 85 ou fscellier@assemblee-nationale.fr

M'écrire

Permanence de François Scellier
6, rue du Général-Leclerc
BP 40049
95211 Saint-Gratien cedex

fscellier@assemblee-nationale.fr

Mes Articles Récents

27 octobre 2006 5 27 /10 /octobre /2006 17:23

C’est avec la plus grande satisfaction que j’ai entendu hier matin à l’Université de Cergy-Pontoise, Dominique de VILLEPIN proposer, parmi les batteries de mesures sur la parité dans la vie politique locale, l’instauration d’un système de suppléance de sexe opposé dans l’élection des Conseillers généraux.


En effet, tout système électoral doit viser à concilier harmonieusement justice et efficacité. Or le principe de parité consacré à l’article 3 de la Constitution ne trouve pas aujourd’hui d’application concrète dans l’élection des Conseillers généraux. Ce qui pénalise les femmes qui ne représentent que 10,4% des élus départementaux.


Par ailleurs, le renouvellement des conseillers généraux est effectué par moitié tous les trois ans mais en cas de décès, d’exercice du droit d’option ou de démission d’un Conseiller général élu, les électeurs sont appelés aux urnes pour pourvoir à son remplacement. L’expérience montre que ces élections partielles se traduisent généralement par une forte abstention donnant à tort à la vie démocratique des apparences de faiblesse.


C’est pour pallier cette injustice et cette déficience, que je me suis engagé dès le début de la législature sur cette question. Dès juillet 2002, j’ai déposé une proposition de loi en ce sens sur le bureau de l’Assemblée nationale cosignée par plus de cent députés et sur laquelle j’avais appelé l'attention du Premier ministre Jean-Pierre RAFFARIN. Ce dernier avait alors saisi Nicolas SARKOZY qui n’a pas manqué d’inscrire cette proposition dans le projet de l’UMP, à l’occasion de la convention de notre famille politique sur la réforme des Institutions.


Je me réjouis aujourd’hui de voir le Premier Ministre intégrer ma proposition dans son projet de loi qui sera prochainement soumis au conseil des ministres même s’il a fallu patienter plusieurs années. Comme le constate Louis ALTHUSSER dans ses confessions autobiographiques : « l’avenir dure longtemps ».


Trop souvent hélas, les solutions viennent d’en haut un peu tardivement. Il est dommage que les propositions venant du terrain et défendues par les députés de base ne remontent pas plus facilement. Il s’agit d’un autre sujet, j’y reviendrai sans doute prochainement.

Partager cet article

Repost 0
François SCELLIER - dans Archives
commenter cet article

commentaires