Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me connaître

Maire de Saint Gratien de 1983 à 2001, Conseiller général du Val d'Oise de 1985 à 2015, Département dont j’ai été le Président de 1997 à 2008, je suis Député depuis 2002.

Parallèlement à mes activités politiques, j'ai mené une carrière dans l'administration fiscale, d'abord en tant qu'inspecteur des impôts à Amiens, ma ville natale, puis comme chargé de mission au Ministère des finances et à la Direction du tourisme, avant de devenir Inspecteur principal des services fiscaux et Directeur départemental adjoint à Paris. En 1986, je rejoins le cabinet d'Yves Galland, alors Ministre délégué aux collectivités locales.

À l'Assemblée nationale, je suis Membre de la commission des affaires étrangères et de la délégation aux Outre-mer. Je suis également Vice-président du groupe d'études construction, éco-construction et logement et rapporteur spécial au nom de la Commission des finances pour les crédits budgétaires du Logement. Co-président du Groupe d’études sur la Construction et le logement, je suis membre de la Mission d'information commune sur l'évaluation des dispositifs fiscaux d'encouragement à l'investissement locatif et membre titulaire du Conseil d'administration de l'Agence nationale de l'habitat (Anah).

Me rencontrer

À ma permanence de circonscription :

6, rue du Général Leclerc à Saint-Gratien

Le lundi : de 18h à 20h30

Le vendredi : de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Et sur rendez-vous : 01 39 64 37 85 ou fscellier@assemblee-nationale.fr

M'écrire

Permanence de François Scellier
6, rue du Général-Leclerc
BP 40049
95211 Saint-Gratien cedex

fscellier@assemblee-nationale.fr

Mes Articles Récents

21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 11:21

Le gouvernement agit pour le pouvoir d’achat, deux mesures concrètes prises ces derniers jours et peu relayés par la presse en témoigne.


Maison Borloo : une autre conception du logement


La crise actuelle du logement met en lumière les difficultés des français à accéder à un habitat digne pour eux-même et pour leur famille.

Notre pays souffre d’un déficit de logements. En tant que rapporteur spéciale sur la question à l’Assemblée nationale, je n’ai cessé d’interpeller mes collègues sur cet enjeu. Cette carence ne justifie pas néanmoins à mes yeux de construire sans autre souci que celui de faire du nombre comme cela pu être le cas dans le passé.


Avec le programme visant à créer des maisons à 100 000 euros, Jean-Louis Borloo, fait le choix de l’accession sociale à la propriété. Cette mesure a le mérite de responsabiliser ses bénéficiaires et d’assurer un meilleur entretien des zones d’habitation. Ce programme s’inscrit en rupture par rapport aux principes de densification qui s’étaient imposés après guerre. Nos gouvernements de gauche et de droite avaient jusque là trop souvent privilégié la location sociale dans un habitat inhumain au détriment de la propriété et de la maison individuelle. La « maison Borloo » contribue à rétablir l’équilibre.


Comme l’a rappelé le Ministre de la cohésion sociale mardi dernier au congrès des HLM : « ce choix ne sera pas fait au détriment de la construction ». Cet outil est en revanche indispensable pour permettre l’accompagnement des familles dans leur promotion sociale. Notre devoir d’élu est de tirer nos concitoyens par le haut et non de les maintenir dans leur situation en leur proposant un nivellement par le bas.


Pour un tarif social du prix du gaz


Accompagner nos concitoyens dans leur vie quotidienne passe également par le maintien du pouvoir d’achat. Ce qui implique de veiller à ce qu’il ne soit pas écrasé par des charges trop excessives.


En tant que parlementaire, j’ai réclamé des garanties pour que la fusion GDF/SUEZ ne se traduise par une augmentation des prix. Dans la nuit de lundi à mardi, pour un amendement préconisant un tarif social du gaz afin d’introduire un garde fou dans la libéralisation du marché de l’énergie a été voté et doit présenter des garanties vis à vis du citoyen usager.


Le gouvernement avance, la majorité parlementaire l’accompagne dans son action réformatrice. Avant l’été, l’amorce de la baisse du chômage nous a montré les premiers effets bénéfiques de la bataille pour l’emploi. La bataille du pouvoir d’achat a commencé, les Français ne tarderont pas à s’en rendre compte !

Partager cet article

Repost 0
François SCELLIER - dans Archives
commenter cet article

commentaires