Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me connaître

Maire de Saint Gratien de 1983 à 2001, Conseiller général du Val d'Oise de 1985 à 2015, Département dont j’ai été le Président de 1997 à 2008, je suis Député depuis 2002.

Parallèlement à mes activités politiques, j'ai mené une carrière dans l'administration fiscale, d'abord en tant qu'inspecteur des impôts à Amiens, ma ville natale, puis comme chargé de mission au Ministère des finances et à la Direction du tourisme, avant de devenir Inspecteur principal des services fiscaux et Directeur départemental adjoint à Paris. En 1986, je rejoins le cabinet d'Yves Galland, alors Ministre délégué aux collectivités locales.

À l'Assemblée nationale, je suis Membre de la commission des affaires étrangères et de la délégation aux Outre-mer. Je suis également Vice-président du groupe d'études construction, éco-construction et logement et rapporteur spécial au nom de la Commission des finances pour les crédits budgétaires du Logement. Co-président du Groupe d’études sur la Construction et le logement, je suis membre de la Mission d'information commune sur l'évaluation des dispositifs fiscaux d'encouragement à l'investissement locatif et membre titulaire du Conseil d'administration de l'Agence nationale de l'habitat (Anah).

Me rencontrer

À ma permanence de circonscription :

6, rue du Général Leclerc à Saint-Gratien

Le lundi : de 18h à 20h30

Le vendredi : de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Et sur rendez-vous : 01 39 64 37 85 ou fscellier@assemblee-nationale.fr

M'écrire

Permanence de François Scellier
6, rue du Général-Leclerc
BP 40049
95211 Saint-Gratien cedex

fscellier@assemblee-nationale.fr

Mes Articles Récents

18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 23:00

Le Conseil d'Etat vient d’annulé l'élection cantonale du mois de mars 2008 dans le canton d'Argenteuil-est, destituant ainsi Madame Marie-José Cayzac de son mandat de Conseillère générale.

 

En prenant cette décision, le Conseil d'Etat a choisi, en dépit de l'avis contraire du tribunal de 1ère instance, de donner raison à ceux qui ont considéré que le déroulement du scrutin de mars 2008 avait été entaché d'irrégularités telles que la sincérité du scrutin en avait été altérée.

 

Cet arrêt du Conseil d'Etat emporte également des conséquences sur la composition de l'Assemblée départementale. Bénéficiant jusque là d'une très courte majorité (1 siège) pour gouverner, le Président du Conseil général et son groupe ne sont plus, à compter d'aujourd'hui, majoritaires au Conseil général.

 

Le rapport de force politique est en effet profondément modifié dés lors que les 2 groupes politiques sont composés du même nombre d'élus jusqu'au prochain scrutin cantonal partiel.

 

Nous attendons désormais, Conseillers généraux Uvo, du président du Conseil général et de l'ex-majorité qu'ils tirent toutes les conclusions de cette décision de justice définitive et reconsidèrent leur mode de gouvernance pour veiller à ce que le paritarisme de l'Assemblée trouve pleinement son expression dans les décisions à venir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires