Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me connaître

Maire de Saint Gratien de 1983 à 2001, Conseiller général du Val d'Oise de 1985 à 2015, Département dont j’ai été le Président de 1997 à 2008, je suis Député depuis 2002.

Parallèlement à mes activités politiques, j'ai mené une carrière dans l'administration fiscale, d'abord en tant qu'inspecteur des impôts à Amiens, ma ville natale, puis comme chargé de mission au Ministère des finances et à la Direction du tourisme, avant de devenir Inspecteur principal des services fiscaux et Directeur départemental adjoint à Paris. En 1986, je rejoins le cabinet d'Yves Galland, alors Ministre délégué aux collectivités locales.

À l'Assemblée nationale, je suis Membre de la commission des affaires étrangères et de la délégation aux Outre-mer. Je suis également Vice-président du groupe d'études construction, éco-construction et logement et rapporteur spécial au nom de la Commission des finances pour les crédits budgétaires du Logement. Co-président du Groupe d’études sur la Construction et le logement, je suis membre de la Mission d'information commune sur l'évaluation des dispositifs fiscaux d'encouragement à l'investissement locatif et membre titulaire du Conseil d'administration de l'Agence nationale de l'habitat (Anah).

Me rencontrer

À ma permanence de circonscription :

6, rue du Général Leclerc à Saint-Gratien

Le lundi : de 18h à 20h30

Le vendredi : de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Et sur rendez-vous : 01 39 64 37 85 ou fscellier@assemblee-nationale.fr

M'écrire

Permanence de François Scellier
6, rue du Général-Leclerc
BP 40049
95211 Saint-Gratien cedex

fscellier@assemblee-nationale.fr

Mes Articles Récents

13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 23:00

On comprend aisément que la presse ne puisse relater longuement et précisément des événements comme des incidents de séance d'un Conseil général mais encore faut-il que la narration des faits ne puisse donner lieu a des interprétations erronées !

Tout d'abord dès lors qu'il s'agissait d'un incident personnel inattendu, il n'y avait aucune raison que "par solidarité" les autres élus du groupe Union pour le Val d’Oise quittent la salle des délibérations.

Sur le fond, la manière dont le problème de la rémunération d'un collaborateur de l'UVO a été mis en évidence par la presse - article du Parisien Val d’Oise du 10 avril 2009 - est pour le moins désagréable dans la mesure où faute d'explications suffisantes elle laisserait entendre sinon une situation anormale et même répréhensible alors que bien sûr il n'en est rien.

Il s'agit en fait simplement des modalités de calcul des moyens de fonctionnement des groupes politiques, prévues par la loi, qui traditionnellement sont réglées entre les représentants des groupes politiques.

Président du Conseil général pendant 11 ans, j'ai toujours réglé ces questions de façon consensuelle, en privilégiant dans la répartition des moyens matériels les groupes d'opposition par rapport au groupe de la majorité de l'époque ; ceci dans la mesure ou bien évidemment notre groupe disposant de la Présidence et de 10 postes de Vice-présidents n'avait pas besoin pour fonctionner d'autant de moyens que le groupe minoritaire.

Depuis mars 2008 la situation est inversée. Au lendemain de l'élection de Didier Arnal, j'ai demandé au nouveau Président à ce que le Groupe Union pour le Val d’Oise puisse bénéficier de la même attitude de sa part, dès lors que la situation était comparable - à la différence même, que le rapport des sièges est aujourd'hui meilleur pour l'UVO, 19/20, alors qu'il n'était que de 17/22 sous ma Présidence, pour le PS associé au PC.

Didier Arnal m'avait assuré qu'il veillerait personnellement à ce qu'il en soit de même.

Chacun comprendra alors facilement qu'à la lecture de l'article du Parisien et au moment où le Président Arnal déclarait devant l'Assemblée départementale "qu'il n'avait pas de leçon à recevoir de nous", j'étais en droit de lui rappeler, au minimum, celle du respect de la parole donnée.

Voilà tout simplement les motifs de ma colère et de mon départ précipité de la séance du Conseil général.

Cela dit, s'il s'agit d'un malentendu, je suis disposé à m'en excuser auprès du Président Arnal. Chacun sait que je ne suis guère coutumier de ce style de comportement, ni de la politique de la chaise vide.

Télécharger ici le communiqué de presse.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alain NEAU 14/04/2009 19:00

Le "respect de la parole donnée" est une valeur que certains "démocrates" ne connaissent (ou ne pratiquent) pas !