Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me connaître

Maire de Saint Gratien de 1983 à 2001, Conseiller général du Val d'Oise de 1985 à 2015, Département dont j’ai été le Président de 1997 à 2008, je suis Député depuis 2002.

Parallèlement à mes activités politiques, j'ai mené une carrière dans l'administration fiscale, d'abord en tant qu'inspecteur des impôts à Amiens, ma ville natale, puis comme chargé de mission au Ministère des finances et à la Direction du tourisme, avant de devenir Inspecteur principal des services fiscaux et Directeur départemental adjoint à Paris. En 1986, je rejoins le cabinet d'Yves Galland, alors Ministre délégué aux collectivités locales.

À l'Assemblée nationale, je suis Membre de la commission des affaires étrangères et de la délégation aux Outre-mer. Je suis également Vice-président du groupe d'études construction, éco-construction et logement et rapporteur spécial au nom de la Commission des finances pour les crédits budgétaires du Logement. Co-président du Groupe d’études sur la Construction et le logement, je suis membre de la Mission d'information commune sur l'évaluation des dispositifs fiscaux d'encouragement à l'investissement locatif et membre titulaire du Conseil d'administration de l'Agence nationale de l'habitat (Anah).

Me rencontrer

À ma permanence de circonscription :

6, rue du Général Leclerc à Saint-Gratien

Le lundi : de 18h à 20h30

Le vendredi : de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Et sur rendez-vous : 01 39 64 37 85 ou fscellier@assemblee-nationale.fr

M'écrire

Permanence de François Scellier
6, rue du Général-Leclerc
BP 40049
95211 Saint-Gratien cedex

fscellier@assemblee-nationale.fr

Mes Articles Récents

31 mai 2006 3 31 /05 /mai /2006 10:53

Parce je trouve légitime qu’un député puisse faire part de ses convictions personnelles au Président de la République, d’autant plus lorsqu’elles se font le relais des attentes de ses concitoyens, j’ai décidé le 5 mai dernier d’écrire à Jacques CHIRAC pour lui faire part librement de mes réflexions allant dans le sens d’un changement de Premier ministre.


Vingt-cinq jours se sont passés depuis et ma lettre est toujours sans réponse, mais je ne perds pas espoir pour autant. Dans le public, à travers les sondages où sa cote de popularité se détériore comme au sein du groupe UMP à l’Assemblée nationale où de plus en plus nombreux chaque jour sont ceux qui demandent ouvertement son départ, le climat de confiance que le Premier ministre avait mis tant de temps à construire avec les Français semble définitivement rompu. Les acclamations hier de Jean-Louis BORLOO marquaient une nouvelle étape dans la volonté des parlementaires d’être entendu.


Le statu quo serait la pire des solutions, l’impopularité cristallisée par le Premier ministre empêche le gouvernement de valoriser son bilan pourtant positif à bien des égards, le contraint à l’inaction et empêchera demain la majorité de préparer sereinement les prochaines échéances. Il est encore temps de ne pas gâcher le véritable travail de réforme entrepris depuis 2002 par Jean-Pierre RAFFARIN et Dominique de VILLEPIN en passant à l’ultime étape du quinquennat.


Le vœu que j’avais formé pour 2006 rejoignait celui exprimé par l’Exécutif : en faire une année utile, une année d’action réclame aujourd’hui une nouvelle impulsion au sommet de l’Etat.

Partager cet article

Repost 0
François SCELLIER - dans Archives
commenter cet article

commentaires