Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me connaître

Maire de Saint Gratien de 1983 à 2001, Conseiller général du Val d'Oise de 1985 à 2015, Département dont j’ai été le Président de 1997 à 2008, je suis Député depuis 2002.

Parallèlement à mes activités politiques, j'ai mené une carrière dans l'administration fiscale, d'abord en tant qu'inspecteur des impôts à Amiens, ma ville natale, puis comme chargé de mission au Ministère des finances et à la Direction du tourisme, avant de devenir Inspecteur principal des services fiscaux et Directeur départemental adjoint à Paris. En 1986, je rejoins le cabinet d'Yves Galland, alors Ministre délégué aux collectivités locales.

À l'Assemblée nationale, je suis Membre de la commission des affaires étrangères et de la délégation aux Outre-mer. Je suis également Vice-président du groupe d'études construction, éco-construction et logement et rapporteur spécial au nom de la Commission des finances pour les crédits budgétaires du Logement. Co-président du Groupe d’études sur la Construction et le logement, je suis membre de la Mission d'information commune sur l'évaluation des dispositifs fiscaux d'encouragement à l'investissement locatif et membre titulaire du Conseil d'administration de l'Agence nationale de l'habitat (Anah).

Me rencontrer

À ma permanence de circonscription :

6, rue du Général Leclerc à Saint-Gratien

Le lundi : de 18h à 20h30

Le vendredi : de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Et sur rendez-vous : 01 39 64 37 85 ou fscellier@assemblee-nationale.fr

M'écrire

Permanence de François Scellier
6, rue du Général-Leclerc
BP 40049
95211 Saint-Gratien cedex

fscellier@assemblee-nationale.fr

Mes Articles Récents

17 mai 2006 3 17 /05 /mai /2006 11:27

Au moment où je quittais hier l’Assemblée nationale après un après-midi de débat provoqué par le dépôt d’une motion de censure par le groupe socialiste, il m’apparaît plus que jamais nécessaire de fixer le cap sur l’essentiel : la réalité telle que vécue par nos concitoyens pour apporter les solutions concrètes qu’ils sont en droit d’attendre.


Alors lorsque hier matin, j’ai lu dans le Parisien un dossier de fond faisant les gros titres « les banlieues y croient », je me suis réjouis de ce retour à l’essentiel, au vrai.


Loin de l’affaire Clearstream et de ces rumeurs aussi contradictoires qu’hallucinantes, je veux revenir sur le sens de la confiance que j’ai votée au Gouvernement actuel en juin 2005 : celui de l’action au service de la France et des Français.


En faisant le point six mois après l’épisode des violences urbaines, il est heureux de constater grâce à une étude CSA réalisée dans le Val d’Oise que « 69 % des sondés affirment que la diversité de la population est une bonne chose et ils sont presque aussi nombreux à croire à l’intégration des étrangers (65 %) ». Sans revenir sur une étude approfondie des forces et des faiblesses du tissu social de nos banlieues, il m’apparaît important de souligner la vertu que peuvent avoir ces messages positifs diffusés par la presse. J’ai souvent cité en pleine tourmente de novembre dernier le choix éditorial du même Parisien d’avoir voulu parler des « dix atouts des banlieues » pour m’en réjouir.


Je ne suis pas l’adepte de la méthode « Couet » et il ne s’agit pas d’inviter la presse à délivrer un message délibérément positif sur le mode incantatoire. Mais l’important, une fois encore, est de repartir de la réalité du terrain pour en parler, le mettre en valeur. Il est temps d’en finir avec les représentations re-construites ou pré-construites qui non seulement stigmatisent une population et un territoire mais en plus véhiculent une fausse image. Le mensonge ainsi formé, et c’est là sa conséquence la plus dramatique, oppose deux types de populations (les habitants et les non habitants des quartiers sensibles) qui s’éloignent… c’est le vrai danger.


On ne peut pas comprendre un phénomène dont on a peur ; alors pour en finir avec le phantasme, il faut s’imprégner de la réalité, en saisir les subtilités et la presse, lorsqu’elle fait ce travail, peut être un excellent vecteur pour imprégner les consciences et changer nos attitudes.

Partager cet article

Repost 0
François SCELLIER - dans Archives
commenter cet article

commentaires